POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Promenade dite le Grand-Mail, puis avenue Jeanne-d'Arc

Désignation

Dénomination de l'édifice

Promenade

Titre courant

Promenade dite le Grand-Mail, puis avenue Jeanne-d'Arc

Localisation

Localisation

Pays de la Loire ; Maine-et-Loire (49) ; Angers ; avenue Jeanne-d'Arc

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Angers extra-muros

Canton

Angers Centre

Lieu-dit

Centre-ville (quartier)

Adresse de l'édifice

Jeanne-d'Arc (avenue)

Références cadastrales

1999 BX

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Ville

Références de l'édifice de conservation

IA49006892

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

17e siècle ; 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1617

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

Description historique

Allée créée en 1617, alors en pleine campagne, grâce à l'aide financière d'un marchand de soie de la rue Saint-Aubin, Charles Gohier : elle se composait de quatre rangées d'ormeaux bordées de fossés et servait pour le jeu de mail, sorte de jeu de longue paume. Ce lieu, le Grand-Mail, devint en fait rapidement un lieu dévolu à la promenade, entretenu par la municipalité. Prenant le nom de Jeanne-d'Arc en 1891, l'allée fit en cette fin du 19e siècle l'objet d'une remise à neuf et d'agrandissements : les fossés furent comblés et l'avenue replantée de platanes par suite des donations d'Alexandre Hérault. Mis à part l'hôtel Janvier (n° 2, avenue Jeanne-d'Arc) , la voie resta vide de constructions jusqu'à la fin du 19e siècle : elle se lotit alors rapidement pour prendre une apparence Janus plutôt insolite, d'un côté de belles demeures et de l'autre les établissements industriels Bessonneau dont les premières implantations remontent au tournant des années 1860/1870. Avec la disparition de ces usines, de grands immeubles modernes occupent le côté nord depuis les années 1960. L'avenue Jeanne-d'Arc est précédée du jardin du Mail et prolongée par le square du même nom (voir fiches).

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

C'est sur le plan architectural et paysager l'une des plus belles voies d'Angers, unique par sa forme urbaine qui va de l'hôtel de ville jusqu'à la voie ferrée, rythmée en plusieurs séquences (voir également le jardin du Mail et le square Jeanne-d'Arc). L'entrée et le côté sud sont bordés de demeures de qualité élevée composant un ensemble très cohérent par les datations et exceptionnel autant par son homogénéité que par sa variété, et de plus dans un état de conservation largement supérieur à la moyenne de la ville (voir la suite des fiches consacrées à ces édifices ou ensembles d'édifices). La végétation des arbres fait oublier en partie les immeubles modernes hors échelle remplaçant sur le côté opposé les Etablissements Bessonneau...

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Letellier-d'Espinose Dominique ; Biguet Olivier

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

VISMER-ANGERSFAUB-ARCHI-JARDIN

1/2