POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Musée Jean-Jacques Henner

Nom du musée

Dénomination officielle du musée

musée Jean-Jacques Henner

Autres noms

Musée national Jean-Jacques Henner

Adresse

Adresse

43 avenue de Villiers

Code postal

75017

Ville

Paris

Département

Paris

Région

Ile-de-France

Contact

Téléphone

01 47 63 42 73

Contact générique du musée

publics@musee-henner.fr

Appellation/Protection

Appellation musée de France

Musée de France, au sens du Code du patrimoine

Collection

Catégorie de musée

Musée de site ; Maison d'artiste

Thématiques principales

Beaux-arts

Historique

Le musée Henner est un des rares témoignages accessibles au public de l’architecture privée sous la IIIe République. En effet, l’hôtel particulier qui abrite aujourd’hui le musée était la demeure et l'atelier du peintre Guillaume Dubufe (1853-1909), qui l’avait acheté en 1878. C'est en 1921 que Marie Henner, veuve du neveu de Jean-Jacques Henner, l’achète aux héritiers de Dubufe pour y présenter les œuvres de son oncle qu’elle souhaite donner à l’État. Elle va faire réaliser d'importants travaux dans les années qui suivent, sous la direction de l'architecte Marcel Legendre, notamment dans les espaces de réception du rez-de-chaussée. Elle fait ouvrir le salon néo-Renaissance sur le jardin d’hiver par une colonnade en stuc, d’où son nom actuel de « salon aux colonnes », et recouvre la mosaïque d'origine d'une dalle de béton. Le musée ouvre au public en 1924. Many Benner, ancien élève et fils d'un ami du peintre, en est le premier conservateur.

Atouts majeurs

520 toiles de l'artiste, 1.000 dessins et des études, dont des portraits de famille.

Thèmes des collections (détail)

Beaux-Arts, Dessin, Peinture

Artistes phares

Jean- Jacques Henner

Année de création du musée

1926

Intérêt architectural

En 1878, le peintre Guillaume Dubufe (1853-1909) achète au peintre Roger Jourdain (1845-1918) « un rez-de-chaussée et deux étages sous comble ». Son architecte, Nicolas Félix Escalier (1843-1920), est aussi celui de l’hôtel particulier de l’actrice Sarah Bernhardt, situé rue Fortuny. À l’époque de son installation avenue de Villiers, la cote de Guillaume Dubufe est au plus haut : il est médaillé successivement aux salons des artistes français de 1877 et de 1878 (3e et seconde médaille) ; en 1889, c'est la consécration avec la médaille d'or au Salon et la légion d'honneur dont il est fait chevalier à l’issue de l'exposition universelle. À la fois lieu de réception, lieu domestique et lieu de création, l’hôtel particulier permet à Dubufe de mettre en scène ses œuvres et ses collections dans un cadre témoignant également de son savoir-faire de décorateur d’intérieur et de son goût. C'est donc lui-même qui se charge de décorer sa maison et de faire couvrir le jardin pour en faire un jardin d’hiver. Le mélange des styles et des références à des époques et à des civilisations diverses (Renaissance française, Empire ottoman, Andalousie, Afrique du nord, Chine...) est caractéristique du goût éclectique de l’époque. Ainsi, au rez-de-chaussée, la salle à manger de l’hôtel particulier avait une cheminée de style « chinois » et un décor de carreaux anciens bleu et blanc en faïence de Delft, et on sait que le reste du décor, aujourd’hui disparu, était dans un style oriental avec des panneaux de bois et de nacre, des plats au décor bleu en porcelaine de Chine, deux consoles supportant des cigognes en bronze et des rideaux en soie jaune. Dans le salon au plafond « néo-Renaissance », on trouvait un canapé recouvert de soierie jaune et une quinzaine de fauteuils et chaises de styles divers allant du fauteuil Louis XIII à la chaise longue en bambou. On y voyait aussi bien des vases en porcelaine du Japon que des peintures anciennes. Dans tout l’hôtel particulier étaient accumulés sur les murs des peintures, dessins, porcelaines et textiles. En 1889, une nouvelle campagne de travaux permet notamment la création d’un nouvel atelier au troisième étage, celui du premier étage étant réaménagé en chambre à l’orientale, décorée de tapis appliqués au plafond et de moucharabiehs égyptiens provenant de la collection Goupil. En 1894, la Grande Dame, revue de l’élégance et des arts, décrit ainsi ce qui était la chambre de madame Dubufe : « Quand on pénètre dans cette chambre, la première impression est étrange. On croit entrer dans une mosquée arabe. Comme ligne et comme couleur, c'est du pur Orient. Trois arcades blanches – comme on en trouve dans les maisons mauresques – et du cintre desquelles tombent de petites lampes en verre émaillé – séparent du reste de la chambre une sorte de retrait, recevant le lit très bas, recouvert d’étoffes comme on n’en rencontre qu’au Caire, à Constantinople et à Damas – et encore dans les très bons endroits, inaccessibles aux caravanes des voyageurs vulgaires... » En 1935, sur les plans de l’architecte André Arfvidson, l’hôtel particulier est surélevé de deux étages, pour créer un appartement et un atelier d'artiste à l'usage du conservateur du musée, qui est « un peintre de talent sérieux » conformément aux charges de la donation. Ces étages sont inaccessibles au public. En 2008-2009 a été réalisée une importante campagne de rénovation sous l’égide de l’architecte l’agence Bodin & associés. L’ascenseur, implanté dans les années 1930, a été déplacé et les murs ont été repeints selon une polychromie proche de celle d’origine. La salle à manger a été ouverte à la visite et un nouveau parcours proposé aux visiteurs. En 2014-2016, sont réalisés des travaux permettant la modification de l’accueil doté d’une nouvelle porte, la rénovation du salon aux colonnes et du jardin d’hiver avec la construction d’une nouvelle verrière ainsi que la création de réserves et d’un atelier technique.

Protection espace

Site patrimonial remarquable.