POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Gare de Chaux-des-Crotenay (voie ferrée Andelot - La Cluse)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Gare

Titre courant

Gare de Chaux-des-Crotenay (voie ferrée Andelot - La Cluse)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Chaux-des-Crotenay ; 4 rue de la Gare

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

La voie ferrée Andelot - La Cluse

Canton

Planches-en-Montagne (Les)

Lieu-dit

Pont de la Chaux (le)

Adresse de l'édifice

Gare (rue de la) 4

Références cadastrales

2006 B 593, 671

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Entrepôt commercial ; quai ; cour ; bureau d'entreprise ; logement ; réservoir

Nom de l'édifice

Section Champagnole - Morez de la voie ferrée Andelot - La Cluse

Références de l'édifice de conservation

IA39001096

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1890

Commentaires concernant la datation

Daté par source ; daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

Description historique

La création d'une gare à Chaux-des-Crotenay, proposée par les ingénieurs des Ponts et Chaussées Ansaloni et Picquenot, est validée par le ministre des Travaux publics qui, par sa décision du 9 mai 1888, en fixe la composition, semblable à celle de Syam : bâtiment de voyageurs de 3e classe (correspondant au plan type de la compagnie du PLM - Paris Lyon - Méditerranée - annexé à la circulaire ministérielle du 26 avril 1880) , latrines, abri de voyageurs, entrepôt (quai couvert) de 10 m de largeur (12 en fait puisqu'il est du type " Halle à marchandises de 12 m de largeur ") , quai découvert de 15 m et grue roulante de 10 tonnes. En outre sont prévus un réservoir à ciel ouvert de 2000 m3, alimenté par la source des Cressets située sur la commune d'Entre-Deux-Monts, et deux grues hydrauliques. La gare est édifiée entre le 11 mars 1889, date d'approbation par le ministre de la livraison de la plate-forme au PLM, et juillet 1890, date de l'ouverture à l'exploitation du tronçon Champagnole - Saint-Laurent-en-Grandvaux. Au cours du 20e siècle, le chef de gare devient responsable de la manoeuvre à distance des barrières du passage à niveau n° 16, situé à 140 m de là du côté Andelot-en-Montagne. La gare est convertie en gare sans gérance en octobre 1989 : il n'y a alors plus de personnel affecté à sa gestion ni à la vente des billets. Le bâtiment à usage d'abri et lampisterie (de l'autre côté de la voie) a été détruit, l'entrepôt cédé à la communauté de communes de Malvaux et le réservoir à un agriculteur (dès 1968). La vente du bâtiment restant est à l'étude.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire ; moellon ; enduit partiel ; essentage de tôle ; bois ; pan de bois ; essentage de planches

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique ; ciment amiante en couverture

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol ; 1 étage carré ; étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

Le bâtiment des voyageurs, à l'altitude 714, 30 m et au point kilométrique 026.008, à sous-sol et étage carré, compte trois travées. Les façades, en moellon calcaire enduit, sont rythmées par la pierre de taille apparente : assises inférieures du mur jusqu'à hauteur d'appui, bandeau séparant rez-de-chaussée et étage carré, cordon sous la toiture, chaînes d'angles. Le mur sud et la partie supérieure du mur ouest sont protégés par un essentage de tôle. Les baies sont en arc segmentaire, celles du rez-de-chaussée se distinguant par leur clef pendante. Le toit à longs pans et pignons couverts est recouvert de tuiles mécaniques, alors que l'auvent métallique fait appel au ciment amiante. L'entrepôt, au sud-ouest, en rez-de-chaussée surélevé, associe moellon calcaire et enduit partiel, pan de bois et essentage de planches au sud, tuile mécanique. Il est précédé d'un quai découvert au nord.

Commentaires d'usage régional

PLM 3e classe

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Cette gare est représentative des gares de 3e classe bâties dans la seconde moitié du 19e siècle par la compagnie des Chemins de Fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, sur un modèle diffusé par la circulaire ministérielle du 26 avril 1880. Peu transformée, elle possède encore sa halle à marchandises et le réservoir destiné à alimenter en eau les locomotives à vapeur.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public de l'Etat,propriété publique,propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2006

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.81.65.72.10

1/27